Au monde libre

tothefreeworld1Le Gouvernement
de la
ville de
San Francisco
est par conséquent déclaré
nul et non avenu
Plus d’information au
Trip Without A Ticket
901 Cole

ttfw2

Au Monde Libre

Les années d’avant, notre siècle avait été long et lent. Les événements, pour la plupart, arrivaient à des vitesses pas plus importantes que ne pouvait atteindre un homme par ses propres moyens. Le changement – le changement culturel – était un processus imperceptible et le monde était resté le même, pour l’essentiel, depuis des siècles.

Durant ces années de tradition et d’ancienneté, chaque génération ressemblait beaucoup à la précédente. La vie d’un homme était très peu différente de celle de son grand-père ou de son petit-fils et le fossé entre générations n’existait pas.

Le temps bougeait à la vitesse de la chair.

Au XVIème siècle, le temps a commencé à bouger à la vitesse du fer et la révolution a fait son apparition dans le monde moderne. Au XIXème siècle, la vitesse du feu, de l’explosion, a été atteinte. Nous savons ce qui est arrivé au monde entre 1500 et 1900 : des millions d’années d’histoire humaine en quatre siècles.

Et puis le temps a atteint la vitesse de l’électricité.

Aujourd’hui, il y a une guerre entre les vivants et les morts. Cinquante générations nous séparent de la Première Guerre Mondiale et les anciens combattants de cette guerre traitent le présent presque comme une nation conquise et occupée. Les vieux sont engagés dans une guerre âpre et mortelle contre les jeunes, se battant pour la possession d’un monde qui aurait été le leur grâce au droit d’aînesse dans n’importe quel siècle précédent.

Mais ce n’est pas leur monde, pas même le monde tels qu’ils pensent être. Ils n’ont pas changé en même temps que lui, ils sont citoyens du passé, ils sont morts. Seuls les jeunes ne sont pas étrangers à cette époque et les vieux assassinent les jeunes.

Spécialement en Amérique. Nulle part ailleurs ce n’est un crime d’être jeune, mais l’Amérique pratique le génocide contre ses enfants. La guerre contre les hippies, l’action de la police sur Sunset Strip, l’élimination des jeunes (et de leurs alliés naturels, les minorités) à travers tout le pays, et la guerre du Vietnam. Tout cela selon les campagnes d’une même guerre sans relâche.

Alors, ils se dévoilent aux étrangers et ils se dévoilent aussi aux jeunes. Tout le monde en Europe sait ce qui se passe ici. Les journalistes étrangers qui visitent Haight Street sont étonnés que les hippies ne se soient pas enfuis pour leur sécurité »Quand la situation est devenue aussi clair en Allemagne, les juifs avisés avait émigré depuis un an et demi » a dit l’un d’eux.

Et maintenant, la terreur est presque sur nous.

Cet été, plus de cinquante mille jeunes en rébellion ouverte contre le Système vont venir à Haight Street – ils ont commencé à arriver – et la ville a déclaré la guerre aux hippies.

Le gouvernement a l’intention – quel homme qui sait lire pourrait en douter – d’envahir le Nord-Vietnam cet été (pour la même raison officielle que l’Allemagne a envahi la Tchécoslovaquie) pour provoquer une confrontation avant que la Chine n’acquiert un stock d’armes nucléaires, et les hippies sont les opposants les plus visibles et les plus efficaces contre la guerre.

Le gouvernement a au moins six camps de concentration prêts à ouvrir demain si nécessaire, et le FBI est prêt à les emplir

ttfw3

de « radicaux subversifs et de possible saboteurs » à l’occasion d’un état d’urgence national.  » Nous pouvons les cueillir si nous pensons qu’ils menacent la sécurité nationale » a déclaré l’agent en charge du bureau de San Francisco le mois dernier.

Voici ce que nous craignons voir arriver :

La campagne de la municipalité contre l’arrivée de cinquante mille hippies est destinée à provoquer une émeute. Cela est arrivé dans chaque situation similaire ces vingt dernières années et il n’y a pas de raison de croire que cela n’arrivera pas cette fois. Mais il est dit, par des personnes généralement bien informées, que les dirigeants des minorités de San Francisco prévoient de répondre à ces émeutes par des troubles simultanés dans leurs propres communautés, pour que, au lieu d’une émeute localisée que la police pourrait contrôler, la ville entière explose. « Ce ne sera pas une émeute » a dit un dirigeant noir au Berkeley Barb, « ce sera la guerre. »

Le gouvernement va probablement considérer cela comme une menace pour la sécurité nationale et on ne peut pas nier qu’un soulèvement à San Francisco serait néfaste pour l’effort de guerre. Mais lorsque le gouvernement envahira le Nord-Vietnam et que l’état d’urgence sera déclaré – ou peut-être un peu avant – le FBI se mettra certainement en action contre nous et nous assisterons tous à un Be-In monstrueux au camp de Tule Lake où de si nombreux américano-japonais ont passé la dernière guerre.

Parce que nous sommes des radicaux subversifs et de possibles saboteurs, tout ce que nous en sommes, que nous le soyons ou non. Notre « désengagement » et le fait que nous tentions les jeunes d’en faire autant interfère déjà avec la guerre. Si le mouvement hippie continue de croître sans être inquiété, comme il croît depuis 1963, la guerre ne pourra pas continuer. Cela sera très clair lors de la manifestation de la Mobilisation pour Mettre Fin à la Guerre du 15 avril , mais le gouvernement le sait déjà.

Puisque nous avons appris que le gouvernement était plus enclin à façonner l’opinion publique qu’à la suivre et que nous avons vu qu’il était capable d’expliquer n’importe quel acte, aussi atroce soit-il, pour la satisfaction de la plupart de ses sujets, comme l’a fait le gouvernement de Hitler, nous craignons, de plus en plus nombreux chaque jour, que nous sommes confrontés à la Solution Finale du Problème Hippie.

Nous appelons le monde libre à l’aide.

Ceci est un appel sérieux. Nous devenons désespérés. Nous n’avons plus de temps. Nous faisons appel à tous ceux qui voient ce qui se passe et spécialement à la fraternité internationale de la jeunesse; Aidez-nous. Sauvez-nous. Faites ce que vous pouvez.

Au nom de la Brigade Abraham Lincoln.1

Gestetnérisé par la communication company, un membre du syndicat de la presse underground, à San Francisco, dimanche de Pâques 1967

NDT

1. Formée par des volontaires américains pendant la guerre et la révolution espagnole au sein des Brigades internationales