The Blast

Titre original : Why The Blast? Alexandre Berkman

Éditorial du premier numéro de The Blast San Francisco 15 Janvier 1916.

theblastcover1

 

Pourquoi The Blast? 1

Voulez-vous détruire?

Voulez-vous construire?

Ce sont des questions qui nous sont posées de toutes parts par des sympathisants et autres qui s’interrogent.

Notre réponse est franche et tranchée:

Nous voulons les deux: détruire et construire.

Parce que, socialement parlant, la Destruction est le début de la Construction.

Des esprits superficiels raillent la destruction. Oh, il est si facile de détruire – disent-ils – mais construire, construire, voilà le travail important.

C’est une absurdité. Aucune structure, sociale ou autre, ne peut supporter être construite sur une fondation de mensonges. Avant que le jardin ne puisse fleurir, les mauvaises herbes doivent être arrachées. Rien n’est donc plus important que de détruire. Rien n’est plus nécessaire ni plus difficile.

Prenez un homme à l’esprit ouvert et vous n’aurez pas grande difficulté à le convaincre de la malhonnêteté et de la corruption de notre structure sociale.

Mais si il est imprégné de superstitions et d’idées reçues, vos arguments les plus forts se heurteront en vain à la porte fermée de sa bigoterie et de son ignorance. Car, depuis des milliers d’années, la superstition et la tradition sont plus fortes que la vérité et la logique.

Détruire l’Ancien et le Faux est une tâche des plus vitale. Nous insistons là-dessus: détruire les remparts de l’esclavage et de l’oppression est la première nécessité. C’est le début d’une vrai construction durable.

Alors The Blast sera destructif.

Et The Blast sera constructif. 2

Nous avons été trop longtemps patients sous le fouet de la brutalité et de l’humiliation. Nous avons trop longtemps obéi aux Dominants, le poing inutilement serré dans notre poche. Nous avons évacué trop longtemps l’étendue de notre misère en des discussions sans fin sur un avenir lointain. Nous avons trop longtemps épuisé nos énergies et nos efforts en coupant les cheveux en quatre.

Il est temps d’agir.

MAINTENANT.

Le vent du mécontentement souffle sur cet immense pays. Il pénètre dans les ateliers et les mines, les champs et les usines. La rébellion aveugle emprunte les grandes routes et les chemins de traverse. L’enflammer avec l’étincelle de l’Espoir, l’attiser avec la flamme de la Vision, et transformer le vague mécontentement en action sociale consciente – tel est la problème criant de l’heure. C’est la grande tâche qui demande à être réalisée.

Se mettre au travail, donc, et détruire chaque obstacle sur le chemin de la Régénération.

NDT :

1. En anglais, l’explosion. L’éditorial est précédé d’un poème de « Eric le Rouge » intitulé La Règle d’Or, dont la dernière strophe est :

Pendant que le Salariat saigne, les hyènes rient
Cela excite leur sang putride
Elles dansent autour de leur veau d’or
Mais rira bien qui rira le dernier
Attention à l’explosion finale.

2. Berkman reprendra, lors de son procès en ces notions pour lui complémentaires de destruction et de construction. Dans sa plaidoirie, lors du procès en 1917, il dira :
« Maintenant, en ce qui concerne la question de la violence, messieurs, si vous connaissez quelque chose au sujet de la vie, si vous réfléchissez au progrès de la civilisation, vous réaliserez qu’il existe deux tendances chez l’être humain. des tendances qui ont toujours été la fondation et le levier de tout progrès. L’une de ces deux tendances est constructive et l’autre destructive. Plus l’intelligence est développée, plus le degré de développement est élevé, moins se fait ressentir la nécessité ou le besoin de la tendance destructive de la force et de la violence, et plus grand est le besoin et la demande, des efforts constructifs… » Voir Plaidoirie de Alexandre Berkman

p2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s