Chronologie digger

Mai 1965 – Davis, directeur de la San Francisco Mime Troupe, présente son essai intitulé « Guerrilla Theatre« , terme suggéré par Peter Berg, à la Troupe.

67digmim_troup

07 Août 1965 – La représentation de la Mime Troupe de l’adaptation par Peter Berg de « Il Candelaio » est interrompue par la police et R.G. Davis est arrêté.

02 Mai 1966 – La San Francisco Mime Troupe perturbe une réunion du Arts Resources Development Committee et présente un manifeste

03 Mai 1966 Ron Davis et Kenneth Rexroth participe à un symposium au San Francisco State College consacré à la situation artistique de San Francisco durant lequel Rexroth propose un mouvement artistique basé sur les quartiers

04 Mai 1966 – La municipalité coupe les subventions à la Mime Troupe

10 Mai 1966 – Première réunion du Front de Libération des Artistes, présidée par Willie Brown, au local de la Mime Troupe sur Howard Street

23 Juin 1966 – Le permis de se produire dans les parcs de la ville est refusé à la Mime Troupe. Davis déclare « Si nous ne sommes pas présents dans les parcs de la ville, nous serons dans les rues et les appartements »

26 Juin 1966 – Article de Rexroth: « San Francisco’s Culture and the Drift to the Right ».
« Laissons les riches payer pour de grandes installations culturelles. Nous pouvons avoir un « art populaire » authentique ici et maintenant à San Francisco, et avec relativement peu d’argent. »

05 Juillet 1966 – Première de « Search and Seizure » au Matrix, pièce « cabaret » de un acte écrite par Peter Berg, sur le harcèlement de la police envers les consommateurs de drogues. Parmi les acteurs, Emmett Grogan, Kent Minnault, Peter Cohon (Coyote).

17 Juillet 1966 – Manifestation de soutien au Artists Liberation Front au Fillmore Auditorium. Un article de Ralph Gleason dans le SF Chronicle du 11 juillet mentionne entre autres participants Sopwith Camel, le groupe de jazz de Bob Clark et une lecture de poésie par Allen Ginsberg

04 (?) Août 1966 – Arrivée de New York de Billy Murcott à San Fransisco, ami de longue date de Emmett Grogan, pour collaborer à plusieurs initiatives, dont la création des Diggers.

16 Septembre 1966 – « Marche et rassemblement anti-fasciste » de Haight Street au poste de police du Park et retour jusqu’au carrefour de Haight et Ashbury. Le but était de dénoncer une arrestation liée à la drogue au 1090 sur Haight Street. Eric Noble considère cette manifestation comme le point de départ du Love-Pageant Rally, organisé trois semaines après.

20 Septembre 1966 – Parution du premier San Fransisco Oracle. Il contient un article de John Brownson intitulé, « Anarchy 66 Provo » [p. 3] qui décrit les activités des provos hollandais. Emmett Grogan, qui a contribué à organiser les Diggers à San Francisco deux semaines plus tard, reconnaît avoir été influencé par cet article sur ce qu’il appelait les  » Provos Beatnik-Anarchist de Hollande. »
Noble note que le San Francisco Chronicle a également fait paraître un article en première page sur les « Provos Beatnik Hollandais  » (3 Octobre 1966) ainsi que le Berkeley Barb (30 Septembre 1966)

27 Septembre 1966 – Début de l’émeute de Hunters Point à San Francisco, après qu’un policier ait tué un jeune noir de 16 ans, Matthew « Peanut » Johnson, qui s’enfuyait à bord d’une voiture volée. Ces émeutes continuèrent plusieurs jours et s’étendirent au quartier de Fillmore. Le maire Shelley y décréta, ainsi que sur le quartier de Haight, un couvre feu de 20 heures à 6 heures. La Garde Nationale, appelée par le gouverneur, arriva le 28.

29 Septembre 1966 Les Diggers défient le couvre feu et lancent le Free Food program
Billy Murcott et Emmett Grogan collent des « affiches manuscrites » sur Haight Street suggérant que les gens défient le couvre-feu tout en évitant la confrontation. Ils se heurtent avec le groupe de l’ Oracle après que Michael (Bowen) ait déchiré une de ces affiches collée sur la façade du Straight Theater.

29 Septembre 1966 (soir) Paul Jacobs et 91 autres personnes sont arrêtés le soir pour violation du couvre-feu lors d’un rassemblement organisé par le SDS.
Les jours suivants Emmett Grogan and Billy Murcott annoncent les premiers rassemblements de distribution gratuite de nourriture dans le Panhandle du Golden Gate Park

30 Septembre 1966 – Première apparition des Digger Papers. Le brûlot est intitulé « A-Political Or, Criminal Or Victim Or Or Or . . .  » signé « THE D I G G E R S ». Même si aucune date n’y apparaît, Eric Noble est certain qu’il s’agit du premier document, vu qu’il fait référence à un article de Terrance O’Flaherty « dans le Chronicle d’aujourd’hui » clairement identifié comme la critique TV du vendredi 30 Septembre. Pour lui, le premier article sur (et probablement écrit par) les Diggers, paru quelques semaines après dans le Berkeley Barb, disant que les Diggers étaient nés la nuit où Matthew Johnson fut tué, est une version sans doute plus poétique mais inexacte.

01 Octobre 1966 – Premier des quatre festivals de rue du Artists Liberation Front dans le quartier de  Mission à San Francisco avec la participation de Dick Gregory, Teatro Campesino, la troupe de danse des enfants de Carol Landes. Dans ces festivals figuraient la SFMT, la Calliope Company, des théâtres de marionnettes, Dick Gregory, un comédien local du nom de Bobby Baker, et des groupes de rock (Sans doute les premiers concerts extérieurs de l’histoire de la musique rock). Ils encourageaient également la création libre des spectateurs-acteurs.

02 Octobre 1966 – Manifestation à la mémoire de Matthew Johnson à Hunters Point

06 Octobre 1966 – Love Pageant Rally

free fair

08 Octobre 1966 – Second Free Art Fair du Artists Liberation Front à la Glide Memorial Church dans le Tenderloin

15 Octobre 1966 – Troisième Free Art Fair du Artists Liberation Front dans le Panhandle du Golden Gate Park, San Francisco. Deux des organisateurs — Arthur Lisch (un Digger) et Yuri Toropov (du groupe rock Sopwith Camel) – sont arrêtés.

21 Octobre 1966 – Première publication d’articles sur les Diggers et leurs idées, dans le Berkeley Barb. « Burocops Proboscis Probes Digger Bag » (Berkeley Barb, 21 Oct. 1966, p. 3, signé « JAS ») décrit la naissance des Diggers la nuit où Matthew Johnson a été tué et se termine en disant que les Diggers veulent faire quelque chose au sujet des voitures »qu’ils abhorrent . »
L’autre article, « Delving the Diggers » (par George Metevsky, Berkeley Barb, 21 Oct. 1966, p. 3), essaie de donner de manière ostensiblement naïve, la signification de la distribution gratuite de nourriture . En réponse à une question sur qui fournissait la nourriture, figure la désormais célèbre réponse : « It’s free because it’s yours. » – C’est gratuit parce que c’est à toi.
Pour Eric Noble, le style de ces articles démontre qu’ils ont été écrits par un ou plusieurs Diggers et soumis au Barb. Le pseudonyme de Metevsky, référence à George Metesky, auteur fou d’attentats à la bombe à New York, figure également dans Ringolevio de Emmett Grogan

22 Octobre 1966 – Quatrième et dernier Free Fair par le Artists Liberation Front, à Hunter’s Point.

31 Octobre 1966 – The Intersection Game – Le jeu de l’intersection. Les Diggers organisèrent ce qu’ils appelèrent la « Full Moon Public Celebration of Halloween » – Célébration publique de la pleine lune de Halloween à l’intersection de Haight et Ashbury. Le jeu de l’intersection consistait à traverser le carrefour de façon à tracer autant de différentes formes de polygones que possible. En une heure, environ 600 personnes s‘étaient rassemblées et avaient attiré plusieurs voitures de police et un panier à salade.

31 Octobre 1966 – Ouverture du premier magasin gratuit digger, situé au 1762 Page Street et appelé Free Frame of Reference.

09 Novembre 1966 Ken Kesey et plusieurs Diggers (Emmett Grogan, Peter Berg, Kent Minault, Robert La Morticello, et Brooks Buchet) se rencontrent brièvement dans un ascenseur au Tribunal de Justice de San Francisco où ils sont convoqués pour des affaires séparées. Le Berkeley Barb (11 Novembre 1966, cité par Eric Noble) écrit que le seul échange a été lorsqu’un Digger a dit à Kesey, qui descendait de l’ascenseur, « Further. » Et Kesey de répondre « Oui. »

11 Novembre 1966 Premier article dans le SF Chronicle mentionnant les Diggers
Ralph Gleason écrit dans un article sur « la Nouvelle Jeunesse »: « la philosophie dominante est la croyance selon laquelle les sentiments sont plus importants que la logique. » Sa mention des Diggers: « Les Diggers, qui nourrissent quiconque se présentant à leur stand à Oak et Ashbury tous les jours à 16 heures ne représentent peut-être pas un système de pensée sociale ou politique logique, rationnel, mais le sentiment que leur idée et leur existence même inspire la joie de vivre. »

15 Novembre 1966 – La police perquisitionne la Psychedelic Shop et arrête Allen Cohen, le vendeur, pour avoir en rayon « The Love Book » de Lenore Kandel,. Le procès pour obscénité qui suivra contre Cohen, Ron Thelin et un vendeur de la City Lights Bookstore sera un des procès les plus longs de l’histoire de la justice à San Francisco. Tous seront déclarés coupables et le livre déclaré obscène.

19 Novembre 1966 – Les Berkeley Provos, un groupe constitué sur le modèle des Diggers de San Francisco et les Provos d’Amsterdam, commencent à servir quotidiennement et gratuitement de la nourriture à 16 heures au Civic Center Park de Berkeley (dont le surnom deviendra bientôt « Provo Park »). Leur objectif était « d’encourager l’esprit de communauté, de chaleur humaine, d’unité, de solidarité » et leur seule règle (copiée sans le mentionner aux Diggers) était de refuser les dons en espèces. Leur quartier général était indiqué au 2362 San Pablo Ave. à Berkeley.(Source Berkeley Barb 25 Novembre 1966)

29 Novembre 1966 – Les plaintes contre Robert Morticello, Emmett Grogan, Pierre Minnault, Peter Berg et Brooks Bucher, suite à Intersection Game sont abandonnées.

Emmett Grogan

La Mortadella, Emmett Grogan,Slim Minnaux, Peter Berg, et Butcher Brooks sur les marches de City Hall après l’annonce de l’abandon des accusations pour nuisance publique

30 Novembre 1966 Ces Diggers apparaissent en photo en première page du SF Chronicle. Emmett Grogan, dans Ringolevio, raconte que cette photo est à l’origine du signe de la paix hippie, geste inversé de celui qu’il a fait au photographe, c’est à dire un doigt d’honneur (en version irlandaise) .

« Dans la rue, tout le monde lui faisait ce signe en le reconnaissant et en lui disant quelques mots d’encouragement :
Alors il était, en couverture du seul journal du matin de la ville, disant à tout le monde de se la fourrer dans le cul et ils pensaient qu’il imitait seulement Winston Churchill ou quelque chose comme cà. « Allez vous faire foutre! » Il décida qu’il n’y avait pas moyen de faire s’intéresser les hippies à cela (jeu de mots : to make the hippies hip to it NDT) et d’ailleurs, il avait mieux à faire. »
[Ndt Dans Ringolevio Grogan parle de lui à la troisième personne.]

04 Décembre 1966 – Article dans le SF Chronicle sur une conférence Provo à Maastricht, Pays-Bas. Les provos y discutèrent de la pollution par les voitures, de l‘émancipation sexuelle, de la libération du tiers et quart monde et d’un projet de tour du monde en bicyclette. Leurs porte paroles étaient Joop van Est, le philosophe Provo le Dr. Roel van Buyn et un intervenant Carl Jasper Grootvald.

17 Décembre 1966 – Parade « Mort et renaissance de Haight » (alias « Mort de l’Argent« )
Les Diggers organisent un happening célébrant la mort de l’argent et la renaissance de Haight-Ashbury. Le SF Chronicle réalise un reportage sur l’évènement sous le titre  » Des Angels de Haight emprisonnés » . L’article raconte comment sept Hells Angels en moto sur Haight croise la parade de 200 personnes et sont invités à s’y joindre. Henry Kot et Charles « Chocolate George » Hendricks en prennent la tête sur leur moto et kot est arrêté par deux policiers quelques blocks plus loin pour avoir une fille sur son siège arrière. Hendricks est arrêté aussi dans la confusion et ils sont conduits en panier à salade au poste de police. Les manifestants les y rejoignent, encerclant le poste en chantant des cantiques de Noël et « Nous voulons George », allumant des bougies. Ils sont repoussés par les policier et les deux Hells Angels sont conduits au Palais de Justice. Leur caution est fixée à 313$. La somme est réunie en une heure par les manifestants

17  Décembre 1966 – Fermeture du premier magasin gratuit Digger sur Page Street

30 Décembre 1966 – Ralph Gleason annonce dans le SF Chronicle un  » New Year’s Wail« , – littéralement le vagissement du nouvel an – organisé par les Diggers et les Hells Angels, le dimanche à 14 heures dans le Panhandle à hauteur de Oak et Ashbury, avec Big Brother and the Holding Co., Buddha et les Wildflower, the Chamber Orkustra, et d’autres. »
1er Janvier 1967 Rassemblement du Nouvel An, co-organisé par les Diggers et les Hells Angels, reconnaissants après la libération de  Chocolate George et Hairy Henry lors de la parade du 17 décembre.
Dans un article du SF Chronicle , Buddha commente  » le joyeux moment. » :

« Et jusqu’à ce qu’il fasse sombre, ils jouèrent leur musique, dansèrent, montèrent leurs motos, portèrent leurs habits étranges et firent bouger leurs longs cheveux. Et puis, ils ramassèrent leurs guitares, leurs percussions, leurs couvertures et leurs bouteilles de vin et roulèrent vers 1967. »

08 Janvier 1967 La police arrête Emmett Grogan et six autres personnes à la Free Store au 520 Frederick Street suite à une plainte pour tapage. Grogan est accusé de « tenir un endroit où des narcotiques sont distribués. »Un peu d’herbe et d’autres drogues sont saisies. Le Barb dénonce une politique de harcèlement des Diggers

free storeLa Free Store Frederick Street

12 Janvier 1967 Des poètes Beat organisent une manifestation de soutien aux Diggers à la Taverne de Gino et Carlo. Parmi eux,  Gary Snyder, Lenore Kandel, George Stanley, Ron Lowensohn, Lew Welch, Richard Brautigan, David Meltzer et William Fritchey. Fidèles à leur principe, les Diggers refusent l’argent collecté.
Dans un article du SF Chronicle, Gleason écrit « Les Diggers, Le groupe informel de Haight-Ashbury qui fournit de la nourriture gratuite chaque après-midi à 16 heures dans le Panhandle à hauteur de Oak et Ashbury, n’accepteront de dons d’aucun groupe. ‘Si vous voulez manifester votre soutien aux Diggers,’ dit un porte-parole , ‘faites quelque chose où tout le monde peut entrer gratuitement.' »

14 Janvier 1967 – Le Human Be-In de San Francisco alias le « Rassemblement des Tribus « au Polo Field du Golden Gate Park. Les Diggers fournissent de la nourriture gratuite.

31 janvier 1967 – Les Diggers poursuivent la police pour harcèlement. La plainte est suivie par l’ ACLU devant un tribunal fédéral.

24 Février 1967 – Happening « The Invisible Circus »

invisible circus

27 Février 1967 – La police perquisitionne deux appartements communautaires (crash pads) Digger au 848 Clayton et 1775 Haight. Le lendemain une manifestation est organisée devant le poste de police du Park contre le harcèlement policier.

03 Mars 1967 – Les Diggers organisent des vigiles devant le Winterland où un groupe nommé la Love Conspiracy Commune monte un spectacle présenté comme « The First Annual Love Circus, » Gleason avait annoncé que Grateful Dead, Love et Moby Grape y participeraient. Le Barb écrit que 150 personnes « inspirées des Diggers  » sont intervenus à 19 heures pour protester contre « l’exploitation de l’amour. » Un tract de la Com/Co annonce que « Les Diggers ne paieront pas pour ce  trip. Les pigeons achèteront ce que les amoureux ont gratuitement. » Judy Berg a décrit comment les Diggers chantait le « Banana Mantra » à l’extérieur du Winterland. Le Barb l’a transcrit comme « BA-NA-NA, NA-BA-NA, NA-NA-BA, BANANA! » (Ndt : référence à la rumeur selon laquelle on pouvait s’envoyer en l’air avec des peaux de banane)

hugeinvasion1

21 Mars 1967 – Les Diggers lancent un cri d’alarme concernant la prochaine Invasion Hippie
Arthur Lisch (Digger) et Roy Ballard (fondateur de la Black Man’s Free Store)  prennent la parole dans une réunion du Diocèse Episcopal de Californie en s’alarmant de l’arrivée prochaine de centaines de milliers de jeunes à San Francisco cet été et insistant sur la nécessité de se préparer à les loger, les vêtir et les nourrir. Le clergé condamne l’interdiction faite par le Recreation and Park Department de dormir dans les parcs de la ville la nuit. Ballard avertit que « si les Diggers ne recoivent pas l’aide qu’ils demandent, en ce qui concerne la communauté noire, il n’y aura pas d’émeutes cet été – il y aura une guerre. » Sa déclaration ne fut pas reproduite dans le Chronicle, mais le fut dans le Berkeley Barb. Ballard a ajouté que  » les noirs avaient besoin de nourriture, de vêtements et de logement comme tout le monde . Les Diggers vont dans la bonne direction. Il est temps que les noirs fassent la même chose et il est temps que la ville de San Francisco apporte son aide. » Le Barb mentionne son souhait de voir s’ouvrir « plusieurs communautés noires dans la tradition Digger d’ici juin. »

22 Mars 1967 – Le chef de la police de San Francisco, Thomas Cahill, avertit les hippies et dénonce les Diggers.
Il annonce qu’il fera tout ce qui est en son pouvoir pour « décourager de nouvelles arrivées dans la colonie hippie. » Il s’en prend aussi violemment aux Diggers, notamment pour un tract signé « DIA » (que Cahill traduit comme « Diggers Intelligence Agency ») qui avertit les gens de la présence de la police des narcotiques dans le quartier. Il soutient totalement la décision d’interdiction de dormir dans les parcs, en s’appuyant sur les risques pour la santé.  » Les Hippies ne sont pas un bien pour la communauté, » déclare-t’il.

23 Mars 1967 – « Les Décrets du Maire », « DECLARATION DE GUERRE AUX HIPPIES », « Le Maire Avertit Les Hippies de Rester En Dehors de la Ville. » SF Chronicle, 24/03/67, p. 1
La municipalité de San Francisco découragera activement une invasion hippie. Des patrouilles de police renforcées sont déjà mises en place dans Haight. Le chef des pompiers Wiliam Murray mettra en place des inspections dans des logements. Il y a des discussions sur l’accroissement des inspections sanitaires.
24 Mars 1967 – Le département de la santé enverra une équipe à Haight-Ashbury pour inspecter les logements (crash pads) hippies à partir de lundi (27) annonce le Directeur de la Santé Ellis Sox. Il évoque la peste bubonique et une épidémie de méningite comme menaces potentielles posées par ces logements-dortoirs. Le député de San Francisco John Burton a déclaré que les « hippies représentaient la plus grande menace potentielle pour la structure sociale traditionnelle de la Nation. » SF Chronicle, 25/03/67, p. 1, « Health Crusade To ‘Clean Up’ The Hippies« .

24 Mars 1967 – Le journaliste du SF Chronicle Gleason répond aux attaques du chef de la police contre les hippies.
Gleason souligne tous les intérêts économiques soutenus par la culture hippie, comprenant les salles de danse, Family Dog, les activités de Bill Graham, l’impression des posters, les commerces dans Haight Street, l’Oracle et (assez curieusement ) la « société d’imprimerie, Communications Co. » Il mentonne aussi la manifestation de soutien du lendemain à la Mime Troupe au Geary Temple pour collecter l’argent nécessaire à la caution et à la défense des trois membres de la  troupe  arrêtés le weekend précédent à Calgary pour détention de marijuana. Ronnie Davis et deux autres personnes ont été détenues sans qu’une caution ne soit fixée.. Autre remarque: Chet Helms est cité, disant que le tirage moyen d’un poster pour Avalon est de 200 000 exemplaires. SF Chronicle, 24/03/67, p. 35, « S.F., Love, Easter And the Hippies » par Ralph Gleason.

26 Mars 1967 – Soulèvement Hippie dans Haight Street
En fin d’après-midi du dimanche de Pâques, les Diggers profitent d’un embouteillage dans Haight Street  pour distribuer des tracts de la Communication Company aux touristes dans leurs voitures. Un match de football spontané commence avec une bouteille de plastique comme ballon et attire une foule de hippies qui se rassemble devant la Print Mint pour encourager les joueurs, créant un embouteillage. La police intervient alors et décide de fermer la rue à la circulation. Les joyeux fêtards envahissent alors la rue vide, en criant « Les rues au Peuple » et « Les voitures en dehors de Haight ». Certains s’assoient au milieu de la rue. D’autres perturbent le trafic en traversant et re-traversant le carrefour.(Inspirés par le Jeu de l’Intersection organisé par les Diggers le 31 oct 1966) La police commence à arrêter des participants et des badauds. Entre 12 et 20 d’entre eux le seront dans les prochaines heures. L’un d’entre eux est un Digger nommé Apache. Dans un geste semblable à celui du début du Free Speech Movement, la foule encercle la voiture de police, dont les policiers laisseront bientôt partir leur prisonnier porté en triomphe par ses libérateurs. Allen Cohen et le Père Leon Harris tentèrent de négocier avec la police et de calmer la foule. Cohen s’adressant à elle déclare « C’est le jour de la Résurrection aujourd’hui, mais çà ne signifie pas que nous devons être crucifiés . » Dans le même esprit pour rétablir le calme et éviter la confrontation, des gens firent circuler de l’encens des fleurs et des cookies.

27 Mars 1967 – Le Département à la Santé inspecte 691 logements de Haight et prennent des mesures pour 39 d’entre eux dont un occupé par des Diggers à 848 Clayton

07 Juin 1967 – La Haight-Ashbury Free Medical Clinic créée par le dr David Smith, ouvre au 588 Clayton St. C’est la première clinique gratuite du pays, ouverte 24 heures sur 24 et gérée par des bénévoles. 250 patients s’y présentent le premier jour.

18 Juin 1967 – Les Diggers organisent une lecture de poésie, intitulée « Born Free« à la Glide Memorial United Methodist Church, durant le service religieux du dimanche matin, à laquelle participent Lenore Kandel et Ann Weldon.

15 Août 1967 – Les Diggers prennent le contrôle de la Communication Company

22 Septembre 1967 – Emmett Grogan emmène le Gouverneur du Michigan George Romney et sa femme dans le Panhandle pour rencontrer les vrais hippies

06 Octobre 1967 – Parade de la Mort de Hippie, un an jour pour jour après le Love Pageant Rally.

« A l’été 1967, les Diggers abandonnèrent leur ultime possession — leur nom. Dorénavant, ils se nommèrent le Free City Collective. Un des derniers événements que créèrent les Diggers (sous ce nom) fut la Mort de Hippie en Octobre 1967. Le nom « diggers » s’était répandu largement comme une vaguelette dans un étang. Les gens se baptisaient Diggers dans tout le milieu de la contre culture désormais florissante, de la même manière que les Provos de Berkeley avaient adopté le nom du groupe hollandais durant l’automne précédent.
La vision Digger, jusque là de « Rue Libre – Free Street » s’était élargie à celle d’une Ville Libre – Free City, qui comprenait non seulement Haight-Ashbury mais beaucoup d’autres quartiers de San Francisco: Mission, Fillmore, Chinatown, Castro, Potrero Hill, Noe Valley. Le Free City Collective, comme acteurs de la vie cherchant à développer leur art, placèrent leurs manifestations sur la scène d’un environnement urbain plus large. La Convention Free City, les Lectures Libres de Poèmes sur les Marches du City Hall, l’ Equinoxe de Printemps au Solstice d’été, furent les manifestation que la bande du Collectif Ville Libre créèrent pour déclencher une nouvelle énergie plus communautaire.La Distribution de Nourriture Gratuite remplaçait le programme Nourriture Gratuite. Au lieu de distribuer gratuitement de la nourriture à des groupes d’étrangers dans les parcs, le Collectif Ville Libre commença à la distribuer aux communautés de la ville. La Food Conspiracy en prit le relais plus tard, quoi que sur une base payante.
L’énergie du Libre et Gratuit se transmutait du dehors vers l’intérieur des murs des nouveaux espaces communautaires qui avaient fleuri à travers toute la ville, généralement dans les vieilles maisons victoriennes qui avaient rudement besoin des soins attentionnés que lui apportait la contre culture hippie. »
Eric Noble The Free City Collective

free cityVILLE LIBRE
Et la ville était d’or pur,
semblable à du verre clair.
Et ses portes ne devront pas jamais être fermées
de toute la journée
car il n’y aura point de nuit

18 Octobre 1967 – Straight Theater Conference.
La « Runaway Emergency Conference » s’est déroulée au Straight Theater dans le quartier de Haight-Ashbury. Organisé par Huckleberry – une fondation qui fournit un hébergement temporaire pour les fugueurs mineurs, et Happening House. Ce symposim est destiné, selon la presse, à réunir, « le clergé, la police, les autorités, les parents, les professionnels et certains éléments de la communauté libre. » Les 500 personnes présentes assistèrent, stupéfiées, à une sorte de happening témoignage mis en scène par les Diggers/Free City Collective (opérant sous le nom de code de agit-free). Les lumières du théâtre commencèrent à clignoter de façon menaçante et des fugueurs, portant des capuches noires entrèrent pour témoigner » Des voix, enregistrées, sortaient des murs, leurs paroles étaient accompagnées par des bruits de battements de cœur et des pleurs de bébés. Leurs témoignages consistaient à décrire comment ils étaient maltraités chez eux, pourquoi ils avaient pris la fuite et comment ils avaient repris goût à la vie dans les rues de Haight-Ashbury. Des tracts étaient distribués à l’assistance. On pouvait lire sur l’un d’eux ‘Vous êtes l’ information. Six membres du groupe de danse de Jane Lapiner, accompagnés d’un groupe rock, dansèrent entièrement nus. Lorsqu’un cri annonça l’arrivée de la police, l’assistance se précipita sur la piste de danse pour permettre aux danseurs de s’habiller. La seule personne inquiétée fut le Dr. Leonard Wolf , professeur au San Francisco State College et directeur de la Happening House, qui revendiqua la responsabilité de l’événement et fut poursuivi pour participation à des actes de délinquance de mineurs. Source Don McNeill, « Parents and Runaways: Writing a New Contract, » Village Voice (14 Decembre 1967)

30 Novembre 1967 – Irving Rosenthal aide à organiser la communauté Kaliflower dans une maison louée sur Sutter Street

26 Janvier 1968 – 2500 exemplaires du poème de Richard Brautigan « The San Francisco Weather Report » est distribué dans le quartier des finances de San Francisco à midi.

15 Février 1968 – Free City Gathering au City Hall, organisé par le Free City Collective, en solidarité avec les prisonniers de San Quentin.
A 10H30, deux joueurs de flûte font le tour de la rotonde en jouant pendant que des personnalités en costumes les regardent. Un ballon attaché à une pierre avec écrit dessus, « Honore l’esprit de  François d’Assissi [sic] » et une pancarte, « Bientôt ce ballon sera libre. » A midi une trentaine de personnes de la « Free City » entre dans l’hôtel de ville et libèrent le ballon tout en jouant de la flûte et des percussions. Une banderole est déployée sur laquelle on lit « Prisonniers de San Francisco | Unis avec les | Prisonniers de San Quentin ».
Plus tard dans l’après-midi, quelques centaines de personnes assistent à un concert par le Grateful Dead et The Phoenix à l’extérieur de San Quentin. Cette manifestation était en solidarité avec des prisonniers qui préparaient une grève selon un article du Berkeley Barb. Un des porte-paroles de La Ville Libre a déclaré « Les gens ne sauront pas ce qu’est la prison avant que de voir une grande liberté. »
Le journaliste a demandé à l’une des participantes ce qu’était La Ville Libre. La femme, vêtue d’un uniforme de prisonnier a répondu, « La Ville Libre représente beaucoup de choses. Pour certains, c’est un journal qui paraît de manière irrégulière. Il est distribué dans différents quartiers de San Francisco. Je vis dans les montagnes. » « The Magic Flute » par Jan Garden, San Francisco Express Times, Vol. 1, No. 5, 22 février 1968, p. 4.

18 Février 1968 – Emeute policière à Haight Street. La police envahit Haight Street après qu’un rassemblement spontané ait bloqué la circulation. Plusieurs personnes sont blessées par des coups de matraques. Emmett Grogan est cité dans un article « San Francisco est une ville libre, et peu importe ce que fait la police, nous allons préserver le statut de ville libre de San Francisco … « The Winter Before the Summer of Love » by Marvin Garson, San Francisco Express Times, Vol. 1, No. 5, 22 février 1968, p. 1.

Avril 1968 –  Les Diggers convainquent Irving Rosenthal d’apporter sa presse offset à San Francisco et de créer une imprimerie gratuite.
Durant le happening de l’Hôtel de Ville, David Simpson et Vinnie Rinaldi engagent une conversation avec Irving et lui suggère d’apporter son matériel d’imprimerie de New York. Iriving racontera cela plus tard dans Deep Tried Frees:

« La communauté [qu’il avait aidé à organiser après son arrivée de New-York en Octobre 1967] grandissait rapidement et au début de 1968, les Diggers ont commencé à livrer gratuitement des produits à notre porte. Lors d’un rassemblement Digger sur les marches de l’Hôtel de Ville, Dave Simpson et Vinnie Rinaldi m’ont convaincu d’envoyer chercher mon matériel d’imprimerie à New York pour l’installer à San Francisco pour une utilisation gratuite. La conversation s’est déroulée à peu près comme çà: « J’ai entendu dire que tu avais une imprimerie à New York. » « Ouais. » « Nous pourrions sûrement utiliser une imprimerie gratuite à San Francisco.  » « Comment je pourrais l’apporter ici? » (Vinnie:) « Je veux bien aller à New York et la rapporter » Reference/Source : Deep Tried Frees, Kaliflower, N.S. 3, 30 avril 1978, p. 3.

01 Mai 1968 – Free City Convention. Les Diggers/Free City Collective organisent la Free City Convention à San Francisco

cityhallSur les marches de City Hall

07 Mai 1968 – Arrestations lors de la SF Free City Poetry. Après un mois de lectures de poésie à midi sur les marches de l’Hôtel de Ville de San Francisco, la police a arrêté cinq participants.
Le Free City Collective a tenu une conférence de presse et présenté un « Modeste Projet » contenant cinq demandes à la municipalité. La mise à disposition de bâtiments vides, propriétés de la ville, pour le logement gratuit, la distribution de surplus de nourriture et de matériel par l’intermédiaire d’un réseau de dix magasins gratuits de quartier, des presses et des camions pour la distribution gratuite de l’information à travers la ville, la fourniture de matériel pour les fêtes de quartiers, et l’ouverture des parcs pour les actes gratuits de la vie « toutes autorités décernant les autorisations devant être abolies. » Après avoir lu les propositions, un des Diggers, portant une chemise avec le drapeau américain, a commencé à lire un poème. La police l’a arrêté pour injure au drapeau. Un second a été arrêté pour obscénité après avoir crié « un mot de quatre lettres signifiant faire l’amour. »- pour reprendre les termes exacts employés par l’article de journal. Ron Thelin (non nommé mais reconnu sur une photo) a été arrêté pour porter un masque, ce que le juge Albert Axelrod a jugé une violation du Code Pénal. Une quatrième personne a été arrêté alors qu’elle tentait de prévenir de l’arrestation de Ron. Une femme a été également arrêtée sans que la raison ne soit indiquée.
Reference/Source: « Police Crush Diggers’ Read-In at City Hall » by Jerry Burns, SF Chronicle, 8 mai 1968, p. 1.

14 Juin 1968 – La Free Print Shop distribue un ouvrage de Whalen Invention of the Letter lors d’une lecture publique de poésie à Glide Church. Source : Deep Tried Frees, Kaliflower, N.S. 3, 30 avril 1978, p. 4.

21 Juin 1968 Célébration du Solstice d’Eté.
Les Diggers/Free City Collective organisent un dernier évènement à San Francisco avant leur dissolution

Janvier 1969 – Le Black Panther Party annonce le Free Breakfast Program. David Hilliard, du Black Panther Party, dans son autobiographie en attribue l’inspiration aux Diggers

24 Avril 1969 Premier numéro de Kaliflower.

01 Juin 1971 – Irving Rosenthal et des membres de la communauté Kaliflower lancent la Free Food Conspiracy et la Free Food Family à San Francisco

Publicités