Zones A Défendre

000_Par8016082

A la mémoire de Rémi

Les Zones A Défendre, ZAD, appellation peu contrôlée car incontrôlable, ce qui est embêtant sur la forme, pour en parler, mais rassurant sur le fond. Il existe autant de types de ZAD que de ZAD et, au sein même des ZAD, des idées et des pratiques différentes. Chacune a son histoire, ses spécificités et ses diversités.

Le terme apparu à Notre Dame des Landes recouvre un type d’action qui n’est pas nouveau en lui-même : l’occupation d’un lieu, face à un projet jugé inutile. Le plateau du Larzac était une ZAD, mais ne le savait pas. Encore moins les occupants du People’s Park à Berkeley en 1969.

2048x1536-fit_zad-dame-landes

A partir de ce lieu, se crée un espace d’élaboration de formes d’organisation plus ou moins innovantes, davantage fondées sur les réalités du terrain que sur des idéologies.

Néanmoins, si la ZAD est enracinée sur un territoire, ses revendications dépassent le « Pas de çà chez nous » et englobe une vision plus large. Ainsi, par exemple, les occupant-es de NDDL s’affichent contre Vinci « et son monde » ou la ZAD de Roybon contre le Center Parc « et pour un autre monde ».

Cette approche, qui pourrait faire penser au vieux slogan « Agir localement, penser globalement », suscite un écho dépassant largement le seul territoire concerné, suscitant des soutiens divers au plan national, voire international. Ses soutiens comprennent les organisations politiques anti-capitalistes, les associations de défense de l’environnement, mais aussi, dans certains cas, un large appui de syndicats agricoles, comme la Confédération Paysanne dans le cas de NDDL (autant qu’une violente opposition de certains autres comme la FNSEA dans le cas de la ZAD du Testet), et une partie plus ou moins large de la population.

Elle brouille aussi les cartes des lignes politiques traditionnelles et des organisations peu habituées à des actions faisant appel, par exemple, à la diversité des tactiques ou à des processus de prises de décisions par consensus.

img_3013nb-640df

Cette diversité des tactiques inclut la confrontation avec les forces dites de l’ordre, dans le cas de la défense du périmètre de la ZAD mais aussi dans celui de manifestations en dehors de ce cadre, comme à Nantes en février 2014. Ce point suscite de nombreuses réactions au sein et à l’extérieur des composantes du mouvement, comme il l’a fait antérieurement à d’autres occasions, comme lors du mouvement Occupy aux États-Unis ou encore lors des manifestations contre les sommets de l’Organisation Mondiale du Commerce, comme à Seattle en 1999.

Cette question pourrait permettre l’ouverture d’un débat sur le concept de « violence ». Elle sert aujourd’hui comme point d’appui à la propagande gouvernementale et du lobby financier et industriel pour discréditer la résistance aux projets dits « inutiles », en essayant de diviser le mouvement en « bons  » et « mauvais » opposants.

Mais ce sont bien des visions du monde de demain qui s’affrontent autour de multiples questions, pas seulement environnementales, mais avant tout d’organisations sociales et économiques, mises en oeuvre à NDDL , avec l’exploitation collective des terres, par exemple. Les ZAD  sont une manifestation, des points de fixation et de diffusion d’un malaise plus large qui se transformera, ou pas, en contestation dont il est impossible aujourd’hui de définir les contours et les formes.

 

un-zadiste-fait-face-a-un-policier-anti-emeute-a-sivens-le-9-septembre-2014_5450441

Sivens. Septembre 2014

Quelques sites de ZAD

ZAD du Testet  :
Occupation depuis octobre 2013 contre la construction d’un barrage dans la vallée du Tescou.
ZAD de Roybon : http://zadroybon.noblogs.org
Occupation depuis novembre 2014 contre la construction d’un Center Parc dans les Chambaran
ZAD de Saint Victor : L’Amassada
Contre un projet de mégatransformateur
Voir aussi

Constellations, le site (et un livre) du collectif Mauvaise Troupe, donne la parole aux participant-es des luttes de NDDL et du Val Susa

Un article du Monde Des ZAD, mais pour quoi faire ?

Voir dans cette rubrique

NDDL

 

 

Publicités