La ZAD

Cliquer sur l’image pour agrandir

« ce camp avait été organisé comme une sorte de camp retranché.  » Gérard Collom Notre-Dame-des-Landes : Gérard Collomb évoque les « machines de guerre » du « camp retranché » de la ZAD

La zad en quelques chiffres:

L’aéroport et ses infrastructures auraient occupé environ 2000 hectares de terres agricoles

Au démarrage, 654 ha seraient enlevés à l’agriculture : 
–    112 ha agricoles sur les 200 ha du barreau routier
–    492 (292 si une piste) ha agricoles sur les 542 (342) ha de la plateforme à 4,5 millions de passagers
–    50 ha agricoles (estimés) pour les détournements de voiries (trois départementales concernées)

Ensuite, 1290 ha4 supplémentaires seraient enlevés à l’agriculture ; les travaux suivants concernent 1430 ha : 
–    120 ha pour le développement d’activités économiques aéroportuaires
–    110 ha pour agrandir la plate-forme pour 9 millions de passagers
–    1000 ha5 pour une voie ferrée Nantes-NDL-Rennes
–    100 ha (estimés) emprise tram-train
–    100 ha (estimés) nouveau franchissement de Loire, s’il a lieu

Outre ses surfaces, il faut aussi ajouter les surfaces de compensation à mettre sous contrat environnemental, sur l’ensemble de la surface artificialisée finale pour le barreau routier et la plate-forme (962 ha6, 754 ha si une piste). Leur superficie, avec un coefficient du double demandé par la loi sur l’eau, atteindrait entre 1500 et 2000 ha.

In Agriculture : emprise, activité, emplois

Sur 780 ha détenus par des propriétaires privés, seulement 142 ha (18%) ont été négociés à l’amiable, ce qui représente 16% (94/577) des propriétaires.

onze exploitations n’ont pas signé d’accord amiable, soit 19 personnes (source AGO). L’ordonnance d’expropriation de février 2012 concerne ces 11 exploitations.

4 exploitations, soit 9 personnes se situant au cœur de la zone (donc totalement ou très impactées) constituent un ensemble bloquant de 450 ha environ.

En 1973, il y avait 43 maisons sur la ZAD

  • 6 ont été détruites avant 2008
  • 13 en octobre et novembre 2012 (opération César) Les planchettes 16 oct
  • 1 en janvier 2013 (malgré la trêve demandée pendant la commission de dialogue)

Il reste 8 maisons en instance de destruction et 15 en sursis car leurs habitants sont protégés par l’accord politique du 8 mai 2012.

Depuis avril 2013, le mouvement d’occupation a choisi de cultiver collectivement des terres pour chercher à être autonome et pour lutter contre le projet. Différents projets de maraîchage, de cultures de légumes de plein champ et d’élevage ont vu le jour. Une trentaine d’hectares sont cultivés collectivement en herbe, sarrasin et blé.
Le pain produit sur la Zad sur deux sites et cinq jours par semaine, est désormais produit à partir du blé et du sarrasin récoltés sur zone.

In Lutte des paysans

Alors, que se passe-t’il dans ce « camp retranché », peuplé d' »ultra-violents » ?

« L’appel à occupation agricole  » Sème ta ZAD  » lancé fin janvier a pour but de faire germer au sein des collectifs et individus en recherche de terre, une envie de s’installer et de cultiver durablement sur un territoire en lutte. Occuper les terres accaparées par AGO (Aéroport du Grand Ouest, filiale de Vinci chargée de la construction de l’aéroport), cela signifie pour nous, lutter contre la destruction des terres par l’urbanisation et l’agro-industrie, mais aussi tendre vers l’autonomie alimentaire, nourrir d’autres luttes, apprendre à travailler collectivement, expérimenter d’autres modes de vies ensemble…  »

Une zone de 250 hectares est cartographiée. En mars, le collectif des « Cent noms« s’installe, puis un autre à la Wardine

Le 13 avril 2013, a lieu la manifestation « Sème ta zad »  S’organiser pour la préparation de la manifestation Sème ta ZAD  Le Copain 44 dans l’opération Sème ta Zad Récit de la journée Sème ta zad !

Le 5 octobre 2013, 24 hectares de terre sont mis en culture lors de l’opération SEMONS LA RESISTANCE

Depuis, les récoltes de pommes de terres et de céréales, les plantations d’arbres fruitiers, etc… sont autant d’occasions de rencontres et d’autres initiatives et réalisations ont vu le jour comme le Très Petit Jardin au Tertre (plantes aromatiques et médicinales)

Le non-marché voit le jour en juin 2013. Un outil pour distribuer autrement, à prix libre chaque vendredi les produits récoltés à la ZAD, légumes, pains, produits laitiers… avec une caisse de soutien aux Fosses noires les jours de dépôt de pain.

Le 3 octobre 2014, ouvre la Black Plouck Kitchen. Projet né « d’une envie de monter une table d’hôtes sur la zad, de la volonté de rassembler des personnes, autour d’un repas, pour autre chose qu’une AG, de cuisiner les produits cultivés sur les terres fertiles d’un projet stérile, et de partager des savoirs faire autour de la cuisine et de l’alimentation.  » La black plouc kitchen ouvre ses portes

La Black Plouck Kitchen

En octobre 2015, apparaît la conserverie de la Noë Verte Nouvelles de la conserverie de la Noë Verte

Aux Fosses noires deux boulangeries, une « légale », déclarée, l’autre « illégale »non-déclarée. « Ici, il y a à la fois des activités dans les règles et hors les clous, et il nous faudra encore les deux pour le futur, c’est quelque chose pour lequel on va se battre » Sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, deux boulangeries côte à côte, deux statuts

Sur la zad, la vie culturelle s’organise aussi.

Le 10 septembre 20016,la bibliothèque du Taslu est inaugurée.

« Il y a toujours eu des livres à la zad, dans les cabanes, les fermes, les maisons, dans un bus et même sur les barricades. Ils sont une part essentielle de toute lutte comme de tout territoire habité, dont ils concourent à étendre et enrichir les imaginaires et l’intelligence. Emplis de cette certitude, nous sommes une dizaine de personnes habitant aux quatre coins de la zone à nous être retrouvées début août avec la velléité de construire une bibliothèque. Nous l’avons baptisée le Taslu. »

C’est le lieu de fréquentes rencontres-discussions avec des auteur-es.  Appel au monde du livre à défendre la zad de Notre-Dame-des-Landes et sa bibliothèque

On y fait de la musique, notamment au sein du Zad Social Rap notamment, des ateliers d’écriture et d’enregistrement de rap au squatt de La Grée Présentation du Zad Social Rap. Ecouter leurs enregistrements

Des films aussi, chez les Scotcheuses Nous sommes LES SCOTCHEUSES, On fait des films en pellicule, en collectif, « à l’horizontale »

De la sérigraphie au Haut Fay. Un site où on peut retrouver les productions de l’atelier

Et de la radio , bien sûr, sur Radio Klaxon en FM ou en streaming.

Le camp retranché a aussi publié un topo-guide pour les randonneurs qui veulent découvrir le bocage, en respectant ses habitant-es et son environnement. Au Gré des chemins de la zad

Autonomie alimentaire, vie culturelle mais aussi, englobant tout cela, un projet social sous de multiples aspects , dont le sujet de la vieillesse sur la zad

Vivre sur la zad à tout âge

Publicités