Opération César

16 octobre Plusieurs dizaines de véhicules avec plus de 500 gendarmes et CRS ont convergé vers la zad durant la nuit et commencent les expulsions vers 7heures. étaient engagés, a-t-on appris sur place auprès des forces de l’ordre.

La préfecture déclare que l’’opération «concerne sept occupations illégales sur des espaces bâtis et quatre zones d’occupation illégales non bâtiesCette situation ne doit pas être confondue avec celle des personnes présentes légalement sur le site depuis avant la date de déclaration d’utilité publique du projet en 2008 et concernées par une procédure d’expropriation dont l’exécution n’est pas d’actualité« 

Les occupant-es de La Bellishroot, La Gaité, Les Planchettes, Bel Air, Le Tertre, Pré Failli, L’après Faillite, Saint-Jean du Tertre sont expulsés

Voir Flash info sur les expulsions mardi 16 octobre. Photos Expulsions, 1ere vague – 16 au 21 octobre 2012

17 octobre Destruction des maisons des Planchettes et du Tertre

Les Planchettes

Affrontements au Sabot

18 octobre Affrontements au Sabot et sur la Lande de Rohanne où les cabanes au sol sont détruites. Expulsion et (tentative de) murage de La Pointe (démurée le 24 octobre)

19 octobre Expulsion et destruction du Coin et de l’Isolette ; réoccupation près de la Sècherie

ZAD / Notre dame des Landes : Communiqué de presse du 19/10 AGO n’est pas au bout de ses peines, les occupations continuent Contrairement à ce qu’on a annoncé le préfet de police, nous sommes toujours sur la ZAD et de plus en plus nombreux-ses. Occupant-e-s, paysan-ne-s, locataires, personnes de l’extérieur, nous sentons tou-te-s concerné-e-s par ces premières expulsions car l’objectif, à terme, est d’expulser l’ensemble des habitant-e-s. Ce soir, nous souhaitons donc affirmer notre volonté de réoccuper la zone. Cette ouverture en préfigure bien d’autres. La manifestation de réoccupation, qui aura dans les prochaines semaines sera un temps fort pour réinvestir les lieux. AGO n’est pas au bout de ses peines, les occupations vont continuer.

20 octobre

Manifestation à Nantes avec 1 300 personnes

Sur les expulsions et la résistance en cours

Depuis mardi matin la ZAD est envahie et occupée en 3/8 par des centaines de policiers en tout genre. Ils s’attaquent petit à petit aux maisons et cabanes occupées qu’ils détruisent et emportent minutieusement pièces par pièces hors de la zone pour ne rien laisser qui puisse servir à reconstruire ou résister.

Les lieux et jardins encore occupés sont régulièrement harcelés, couverts de lacrymos, piétinés… La police essaie de rendre impossibles les moments de rassemblement ou de réunion. Depuis mardi les occupant.e.s et les personnes arrivées sur place ont répondu par des barricades, des blocages des axes utilisés par les flics, par des réoccupations, des projectiles, du feu, des insultes et des sarcasmes… Depuis maintenant 4 jours, sous une pluie constante, quelques centaines de personnes tiennent la zone coûte que coûte face à la police et comptent bien y rester. Des manifestations, des actions ont lieu tous les soirs à Nantes et dans d’autres villes et ce n’est pas fini.

7 maisons en durs ont déjà été expulsées, ainsi que quelques cabanes mais de nombreuses autres demeurent dispersées dans les bois, les champs, sur les arbres. Outre les occupant-e-s, des locataires, propriétaires et paysans sont toujours menacés eux aussi de devoir dégager de la ZAD. Autant dire que cette tentative d’expulsion XXL est partie pour durer. Nous ne pouvons encore présager de la manière dont les expulsions vont se poursuivre, en continu ou pas, dans les prochains jours sur d’autres cabanes et habitats. Mais il semble assuré que l’occupation militaire de la zone et la destruction des maisons déjà expulsées continue la semaine prochaine… « Le Sabot » (des jardins maraîchers occupés en manif le 7 mai 2011) a résisté toute la semaine dernière aux pressions policières, mais il est possible que la Préfecture cherche à le faire dégager dès la semaine prochaine. Une maison expulsée et réoccupée quelques heures plus tard vendredi soir aux « Fosses noires » est menacée dans les 48h. Les cabanes dans les arbres et installations aériennes tiennent toujours et pourraient se multiplier. Il est très probable par ailleurs qu’une seconde grande offensive ait lieu après le 28 octobre, puisque 3 nouvelles maisons seront expulsables, dont « les Rosiers », première bâtisse occupée sur la ZAD il y a de cela 5 ans. Quoi qu’il en soit, nous appelons dès aujourd’hui et pour les semaines à venir à l’arrivée de relais et renforts créatifs et déterminés par ici, pour reconstruire et tenir, ainsi qu’à la poursuite d’actions de pression ailleurs. Face aux possibilités de durcissement, en terme d’interpellations notamment, il faut tout faire pour que les occupant-e-s ne se retrouvent pas isolé-e-s.

21 octobre Destruction de deux maison près du Pré-Faillit

22 octobre Destruction de la maison réoccupée vendredi près de la Sècherie et destruction du toit de la maison mitoyenne de la Sècherie

Maison mitoyenne à la Sécherie

23 octobre Destruction de la maison de La Gaité

24 – 25 octobre Chantier de désamiantage au Liminbout Audience au tribunal de Nantes concernant les expulsions à Notre-Dame-des-Landes : Le Rosier a un délai jusqu’au 15 novembre La Sécherie a un délai jusqu’au 27 décembre 

27 28 octobre Occupation et barricades sur la D81 qui passe devant La Saulce.

30 octobre Expulsion de la Saulce et affrontements toute la journée autour des barricades. Manifestation paysanne au Sabot.

31 octobre Expulsions au Sabot, Cent Chênes, No Name et à la Forêt de Rohanne.

Novembre 2012

2 novembre Déménagement, réoccupation et expulsion du Tertre

5 novembre Nouvelle expulsion à la forêt de Rohanne

7 novembre Affrontements du côté du Sabot

8 novembre Construction de chicanes sur la D281

17 novembre Manifestation de réoccupation à l’appel d’occupant-e-s et de collectifs solidaires. La manifestation est organisée par des assemblées générales hebdomadaires de plus de 150/200 personnes, sur la base d’une proposition élaborée depuis plus d’un an par des occupant-e-s de la ZAD et des collectifs solidaires.

APPEL POUR LA MANIFESTATION DE REOCCUPATION, 17 novembre 2012, sur la Zone A Défendre Notre-Dame des Landes, Face aux expulsions

*Manifestation de réoccupation !* Pour reconstruire – contre l’aéroport !  Fourches, poutres, planchettes, clous et outils en main…

——————————

La lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes n’a cessé de prendre de l’ampleur au cours des dernières années. Entre autres initiatives, un mouvement d’occupation s’est étendu sur les bâtis et bocages menacés. Il y un an, face aux menaces croissantes sur les différentes maisons, cabanes et potagers, des habitant.e.s de la ZAD et collectifs solidaires appelaient à une manifestation de réoccupation en cas d’expulsion.

* Quand César patauge*…

Depuis le mardi 16 octobre, l’offensive redoutée a commencé. Les 1800 hectares de la ZAD ont été envahis par 1200 policiers. Ceux-ci se sont attaqués petit à petit aux maisons et cabanes occupées qu’ils ont détruites et emportées minutieusement pièce par pièce hors de la zone, pour ne rien laisser qui puisse servir aux occupant.e.s. Les occupant.e.s et toutes celles et ceux qui les ont rejoint sur place ont résisté, barricadé, réoccupé. Ensemble, nous avons tout fait pour enrayer les machines de destructions et bloquer les mouvements policiers… Nous sommes toujours là !

Notre détermination a été renforcée par une grande vague de solidarité aux quatre coins de l’hexagone et au-delà : manifestations quotidiennes à Nantes et dans diverses villes, ravitaillement et soutien matériel, actions sur les représentations du PS, de Vinci et consorts, constructeurs de l’aéroport et broyeurs de nos vies.

Si la plupart des maisons en durs ont déjà été expulsées, ainsi que quelques cabanes, de nombreux autres habitant.e.s demeurent, dispersé.e.s dans les bois, les champs, dans les arbres. De nouvelles constructions sont déjà lancées. Outre les occupant.e.s, des habitant.e.s « légaux » et paysan.ne.s sont toujours menacé.e.s de devoir dégager de la ZAD dans les mois à venir. Autant dire que cette tentative d’expulsion XXL est partie pour durer.

Les gros malins de la Préfecture ont officiellement intitulé leur opération militaire : « César ». A nous de leur prouver que la résistance face à l’aéroport est effectivement « irréductible » et qu’eux seront finalement défaits et ridicules.

*On ne lâche rien et on est toujours là !*

Au delà de l’appel à rejoindre la zone et à poursuivre les actions solidaires dans les semaines à venir, nous confirmons aujourd’hui qu’une grande manifestation de réoccupation aura bien lieu le samedi 17 novembre 2012, au départ d’un des villages proches de la ZAD.

Après ce premier round d’expulsions, nous aspirons à un moment de mobilisation large, constructive et offensive, partagé par les différentes composantes de la lutte : occupant.e.s, agriculteur.rice.s, habitant.e.s du coin et d’ailleurs, associations et groupes solidaires…. L’objectif sera de reconstruire ensemble un lieu ouvert d’organisation sur les terres menacées. Nous voulons faire de ce lieu un carrefour pour les opposant.e.s, un point de départ pour de nouveaux habitats, une antenne pour organiser la résistance aux travaux à venir, autant ceux de l’aéroport que du barreau routier, première étape du projet censée débuter en janvier. Ils peuvent bien militariser la zone, ils ne nous empêcheront pas de nous y réinstaller.

## *Ayrault, Vinci et consorts – le message est clair – Dégagez des terres !

30 à 40 000 personnes participent à la construction d’un nouveau lieu de rencontre entre opposant-e-s et d’organisation de la lutte sur la ZAD, « La Châtaigne ».

17-22 novembre Les chantiers de construction continuent sur le site de la Châtaigne et dans la forêt de Rohanne adjacente. De nouvelles cabanes sont construites, protégées par des tracteurs enchaînés

23 novembre La Châtaigne est envahie par les forces de l’ordre pour interrompre le « chantier illégal » . Tout le matériel de construction est saisi. Le préfet annonce que des scellés seront placés sur les ouvertures des cabanes (ce qui n’a pas été le cas). Les cabanes seront réoccupées dès le lendemain. Le Rosier (première maison squattée de la zone, est expulsé et détruit après de belles journées de résistances et de solidarités paysannes.

Le 23 dans la forêt de Rohanne à Notre Dame des Landes, la Batucada de la ZAD jouait pour soutenir les centaines de manifestants de tous bords, de tous âges, de toutes formations politiques ; tous solidaires avec les ZADistes, tous opposants au projet d’Aéroport du Grand Ouest, tous sous les lacrymos des Gardes Mobiles.

24 novembre Les forces de l’ordre interviennent dans la forêt de Rohanne pour détruire les cabanes au sol et dans les arbres, reconstruites une 3,4 ou 5ème fois (?). Plus de 500 personnes se retrouvent sous les gaz dans la forêt et pratiquent divers modes de résistances.

Forêt de Rohanne 24 novembre

Manifestation contre l’aéroport et son monde à Nantes. Entre 7000 et 10 000 personnes. Arrivé Place du Pont Morand, le cortège s’arrête spontanément face aux forces de l’ordre qui protègent la préfecture et qui font usage de leur lance à incendie. La foule crie « Libérez la Zad », « Ayrault démission ».

26 novembre Affrontements près de Far Ouest, 3 arrestations par des flics déguisés en opposant-e-s

28 novembre Un camarade est condamné à dix mois de prison ferme dont 5 avec sursis pour « violence avec usage d’une arme, de port d’arme de catégorie 6 et de participation armée et voilée à un attroupement » et deux autres camarades à du sursis.

30 novembre La « commission du dialogue », censée aider à trouver une issue au conflit autour du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique, a été installée par Matignon.

Décembre 2012

Naturalistes en lutte

Création du collectif Les naturalistes en luttes avec pour but de réaliser des inventaires naturalistes en lien avec les opposants vivant sur place, coordonner les inventaires sur des groupes d’espèces, valoriser les résultats aussi largement que possible, utiliser les résultats pour alimenter les dossiers juridiques, peser sur les travaux de la commission scientifique. Le premier rendez-vous collectif des naturalistes est fixé le 13 janvier.

8 décembre 5 000 manifestant-e-s à Nantes contre les « grands projets inutiles ».

11 décembre Occupation d’un terrain et d’un hangar et construction d’une serre. Le juge du TGI de Saint-Nazaire, suite à la demande de la Préfecture, autorise la démolition des cabanes de la Châtaigne avec le concours de la force publique.

15 décembre Début des rencontres des comités locaux. Manif contre la répression à Nantes avec environ 3 000 personnes.

17 décembre Affrontements au carrefour du Moulin de Rohanne

21 décembre Premier jour de la « commission du dialogue ».

27 décembre La Sècherie expulsable.

29 décembre Rassemblement devant la prison de Carquefou : plus de 250 personnes, du son et des feux d’artifice, en solidarité avec tou-te-s les prisonnier-e-s.

Publicités